1. Accueil
  2. Accueil
  3. Karima Delli, 7 raisons de croire à ce défi politique régional !
AccueilTerritoire

Karima Delli, 7 raisons de croire à ce défi politique régional !

EELV, le P.S, le PCF, la France Insoumise, Générations S, Génération Ecologie, Place publique, il faut presque l’écrire pour le croire tant cette probabilité était faible à la lumière du terrain politique national et régional. Néanmoins, un accord entre ces formations politiques est aujourd’hui sur les fonts baptismaux, et par sa simple existence il a déjà changé l’âme de cette élection pour le Conseil régional des Hauts-de-France.

Karima Delli : « Nous sommes une union, mais aussi une équipe »

Il y a quelques mois, quelques semaines, personne n’entrevoyait même une volute d’un accord potentiel entre ces formations politiques de gauche. Pourtant, la somme des désaccords réels sur des sujets ultra clivants comme le nucléaire, voire certains dossiers locaux dans les Hauts-de-France, n’a pas réduit à presque rien la somme des envies de porter une gauche écologique le plus haut possible. La raison la plus probable, scellant cette union, réside certainement dans l’impossibilité d’une parole politique aphone dans l’hémicycle régional 6 ans de plus, inconcevable !

C’est politiquement culotté, très construit sur la forme, hors militants un électorat jeune pourrait être séduit par cette alliance d’une gauche écologique, voire tout simplement très français avec une part d’irrévérence à tous les establishments parisiens irréconciliables. Comme un message voulant dire…, et ici, nous en bas de la pyramide, nous sommes tous au même niveau. Certes, Fabien Roussel, Secrétaire général du PCF, annonce que 77,94% des militants PCF des Hauts-de-France ont voté favorablement, soit 2569 militants, pour cette liste d’union de la gauche. Par contre, la question qui taraude est de savoir si les six autres formations ont pris ce risque avec la base militante ? La réponse serait intéressante, voire déroutante dans certaines formations.

« Nous allons porté une Génération Climat », Karima Delli

Tout d’abord, cette union de la gauche écologique installe « une femme comme tête de liste, c’est un signal fort. De plus, j’avais à coeur de faire cette présentation à la presse au sein d’un Théâtre (celui de la Découverte). Etre là, c’est essentiel. Si nous sommes élus, nous mettrons dès cet été un fonds dédié pour la création culturelle », souligne Karima Delli.

La cheffe de file regarde un mandat où « Xavier Bertrand et Sébastien Chenu ont abimé la région. En 6 ans, le front républicain s’est transformé en front du déclin ».

Ensuite, sur l’emploi, elle pointe du doigt le bilan du président sortant : « Il ne faut pas seulement proclamer et gesticuler devant les caméras. Sur Bridgeston, il fallait racheter les actifs. Ensuite, il fallait déployer les mécanismes de l’Europe. Ce n’est pas Xavier Bertrand qui l’a fait, c’est moi ».

Elle pointe du doigt la solitude politique de Xavier Bertrand. « Nous sommes une union, mais aussi une équipe. Nous allons porté une Génération Climat ».

« Sans laïcité, pas de liberté religieuse », responsable du PRG

C’est le parti politique dernier de cordée, le PRG est « le dernier arrivé. Karima, vous avez lancé une dynamique ». Très centré sur les valeurs du PRG, son représentant n’hésite pas à rappeler ses standards « universalisme et laïcité. Sans laïcité, pas de liberté religieuse. Je suis solidaire avec les élus d’Occitanie face à l’intrusion en plein hémicycle politique », un sujet d’une cruelle actualité, source de discorde aussi !

« Enfin, nous y voilà ! », Fabien Roussel (PCF)

Le député de la 20ème circonscription, et Secrétaire général du PCF, ne cachait pas sa satisfaction face à cet accord de campagne électoral. « Enfin, nous y voilà ! Nous avons débattu jusqu’au bout. Il faut faire barrage à ce président très libéral depuis 5 ans  », Fabien Roussel

Fabien Roussel

Il n’oublie pas son rôle national avec un message envoyé en Normandie « afin qu’il s’inspire de cet accord politique ».

Ensuite, il porte le fer sur le transport régional « avec Xavier Bertrand qui sort de son chapeau un projet avec 80% de privatisation du réseau ferroviaire. Il faudra s’assurer que le TER reste public. Ensuite, nous devons rattraper notre retard sur la santé avec une espérance de vie moindre que dans les autres régions de France », conclut-il.

« Stopper l’arnaque du dispositif Proche’Emploi », Benjamin Lucas, représentant génération S

Pour sa part, le mouvement lancé par Benoît Hamon est au taquet « car nous pouvons gagner et gouverner ensemble. Il faut reprendre le fil et se centrer sur cette région pendant que d’autre se concentre sur l’Elysée, la région comme strapontin présidentiel », assène Benjamin Lucas.

Ensuite, il étrille le très médiatique dispositif initié par Xavier Bertrand pour réduire le chômage de masse : « Il faut stopper l’arnaque du dispositif Proche’Emploi ».

« Notre cible n°1, faire voter les gens »,Ugo Bernalicis

Pour ce cacique de La France Insoumise, il place avec bon sens l’enjeu politique au début du chemin. En effet, compte tenu du désastre républicain relatif à la participation aux dernières municipales, notre démocratie ne pourrait souffrir d’un tel fiasco politique une seconde fois : «  Notre cible n°1, faire voter les gens… avec un bulletin de gauche ».

Ugo Bernalicis

Ensuite, ll frappe là où LFI cogne le plus fort, sur l’emploi : « Quel est le bilan sur l’emploi de Xavier Bertrand ? Sur les licenciements chez Whirlpool, voire Bridgestone, quelles furent ses propositions ? Et bien une autre subvention, mais ils sont partis quand même ».

Ugo Bernalicis conclut sans concession « il faut mettre fin à l’arnaque Xavier Bertrand dans une région avec un énorme potentiel ».

« J’ai l’impression qu’il veut succéder à René Coty », représentant de Génération Ecologie.

Pour sa part, la voix de Génération Ecologie s’étouffe à la lecture du programme présidentiel du candidat : « C’est la candidat de l’extrême néant. J’ai l’impression qu’il veut succéder à René Coty ».

Il rappelle également qu’il serait « très réducteur de résumer cette liste à la gauche et à l’écologie. Ensuite, il ne faut pas oublier que Karima est une député européenne, présidente d’une dès plus puissante commission de l’Europe, celle des transports ».

« Deux chances de battre Xavier Bertrand », représentant de Place Publique

Pour cette formation politique, l’objectif est double « nous avons deux chances de battre Xavier Bertrand, mais également de battre l’extrême droite ». Mécaniquement, comme le Président sortant a indiqué qu’en cas d’échec aux régionales (si maintenues), il ne se présenterait pas à l’élection présidentielle.

Effectivement, le parti LREM, absent de cette régionale, pense exactement la même chose. Aucun électeur LREM au 1er tour de la Présidentielle ne pourra voter pour Xavier Bertrand, histoire de faire un coup double.

Patrick Kanner

« La gauche la plus intelligente du monde », Patrick Kanner

« Nous avons fait l’effort nécessaire, et Karima est une personnalité exceptionnelle. Xavier Bertrand a été élu sur un malentendu, et assumé. Il disait qu’il ne l’oublierait jamais (drôle). Il n’a pas respecté son engagement. Il n’a rien de Gaulliste, rien de social. Autrefois, il jugeait Wauquiez trop à droite. Là, à la lecture de son programme (qu’il lit tout haut), il est proche de Bruno Retailleau et Eric Cioti. Nous devons mettre fin à son bilan », déclare Patrick Kanner.

Et en prenant à contre-pied la phrase habituelle, il mentionne que « nous avons la gauche la plus intelligente du monde ».

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu