1. Accueil
  2. Accueil
  3. Le SIMOUV passe au Bus Biogaz (2/2)
AccueilTerritoire

Le SIMOUV passe au Bus Biogaz (2/2)

Toujours dans le cadre de ce comité syndical du réseau de transport public du Valenciennois, les élus communautaires des deux agglo ont choisi à l’unanimité le biogaz comme prochaine énergie de la flotte de bus, et sans oublier les choix financiers d’investissements. En effet, ce mandat du SIMOUV s’ouvre vers des investissements massifs, et nécessaires, pour la mobilité durable.

Guy Marchant : « Nous allons implanter une station biogaz sur notre site de Saint-Saulve »

La loi du 18 août 2015 sur la transition écologique poursuit tranquillement son cours avec une obligation qui s’impose aux AOM (Autorités d’Organisation de Mobilité) comme le SIMOUV. En effet, les élus en charge de la politique de transport public d’un territoire sont dans l’obligation de changer la totalité du parc de bus d’ici 2025.

« Nous avons 58 bus à changer, 32 standards et 26 articulés. Dans cette optique, nous avons demandé une étude comparative entre les bus alimentés au Biogaz, totalement électrique ou à l’hydrogène. Aujourd’hui, nous devons faire le choix de l’énergie alternative retenue », commente le Président du SIMOUV.

Après une présentation des avantages et inconvénients de chaque mode de propulsion, les élus ont voté à l’unanimité le mode « Bus au Biogaz. C’est pourquoi, nous allons implanter une station biogaz sur notre site de Saint-Saulve. Le coût de cette réalisation sera de 2,4 millions d’euros et effective d’ici fin 2022 », indique le président du SIMOUV. Ce choix politique du bus biogaz impose l’achat de 50 Bus BioGNV pour la somme de 17 millions d’euros

Pour expliquer ce choix collectif sans hésitation, la version électrique a présenté des failles en période de grand froid sur d’autres collectivités. « Toutefois, nous choisirons une version électrique pour la navette gratuite du « Villars Express » qui ne sera pas loin de notre site. Ensuite, le mode hydrogène avec une pile à combustible impose un changement complet de l’écosystème, il faudrait un accord global des deux agglo. Cela dépasse de loin l’environnement du SIMOUV », précise Guy Marchant.

Ce vote est fondamental et marque un tournant dans la mobilité propre sur le Valenciennois.

« Le Pôle Métropolitain est le bon échelon », Guy Marchant

La région des Hauts-de-France veut organiser un échange et une gouvernance entre les territoires sur les mobilités durables. C’est pourquoi, le SIMOUV doit réfléchir et décider d’une référence territoriale pour intégrer un « Bassin de Mobilité » demandé par la région des Hauts-de-France.

« Nous pensons que le périmètre du Pôle Métropolitain est le bon échelon », indique Guy Marchant. Laurent Depagne, vice-président, prend la balle au bond pour rappeler l’origine de cet organe politique méconnu : « A sa création, les deux compétences retenues étaient la mobilité et la santé. C’est une opportunité à saisir ! ».

Périmètre du Pôle Métropolitain

Les investissements du SIMOUV

Enfin, dans les délibérations structurantes, la finalisation du cahier des charges de la DSP s’est achevée le 26 avril 2021, la prochaine gestion du réseau de transport public sera confiée à un nouvel opérateur le 01 janvier 2023.

Comme investissement structurant, l’ancien P+R du parking Nungesser « sera transformé grâce au projet MOBIMIX (projet européen). Ce site sera un lieu multimodal avec le tramway, le vélo, la trottinette, etc. », précise le Président.

Ensuite, on peut signaler également la liaison douce entre le site de l’UPHF et la gare du Poirier sur Trith-st-Léger, 4 aires de covoiturage sur les communes d’Onnaing/Vicq, Rosult, Hasnon, et Saultain.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu