1. Accueil
  2. Accueil
  3. Christophe Vanhersecker : « Que voulons-nous pour notre ville (Trith-st-Léger) ? »
AccueilValenciennois

Christophe Vanhersecker : « Que voulons-nous pour notre ville (Trith-st-Léger) ? »

Sur la commune de Trith-st-Léger, l’avenir de l’ancien site « Carrefour Market » est sujet à de vives contestations entre la majorité municipale et son opposition. En effet, diffusé dans la presse locale, le choix du maire, et de sa majorité, de ne pas préempter ce foncier disponible pour un projet municipal fait débat. Entretien avec Christophe Vanhersecker, élu de l’opposition municipale et communautaire.

Christophe Vanhersecker : « Est-ce bon pour ce quartier ? »

Dominique Savary, l’édile de Trith-St-Léger, a exposé clairement la décision de la majorité https://www.va-infos.fr/2022/02/09/dominique-savary-la-commune-de-trith-ne-rachetera-pas-lancien-site-du-carrefour-market/ ; un choix sans appel sur lequel Christophe Vanhersecker revient sans concessions : « Il y a un gros problème démocratique dans cette commune. Nous avons sollicité depuis des mois la majorité municipale afin de discuter, de débattre sur ce sujet. Nous avons évoqué la question (sans être à l’ordre du jour, ni question orale) en Conseil municipal et plus rien. Qu’amène l’arrivée d’une entreprise de carrelage sur un secteur où vous avez déjà plusieurs professionnels dans ce domaine ?  Est-ce bon pour ce quartier avec des ballets incessants de clients et acheteurs professionnels ? Pourquoi ne pas porter un projet municipal sur un foncier disponible, un site pour notre tissu associatif, certes riche, mais sans lieu de vie commun ».

L’élu de l’opposition regrette un manque de perpective « soyons innovant ! Imaginons une épicerie participative (différente de solidaire gérée par un CCAS) par exemple où des associations s’engagent à gérer la structure, un Repair Café, un atelier vélo, un tiers lieu, en résumé un lieu d’innovation solidaire pour les Trithoises et Trithois ! Nous devons avoir une approche alternative des besoins de la population. Regardez sur Vieux-Condé, le maire a saisi l’occasion, avec le changement de localisation du LIDL, de faire une salle des fêtes ». L’élu explique son idée  n’étant pas du tout une simple Maison des Associations, parfois statique comme dans beaucoup de communes, mais vivante avec des activités solidaires divers, des tiers lieu ou espace commun, des espaces d’accueil également pour les associations, un lieu du XXIème siècle où le besoin de partage à la sortie de cette pandémie est éclatant.

Le financement possible

Evidemment, le coût du rachat du site, 900 000 euros achat, frais, et travaux compris, constitue un sujet majeur. « Trith-st-Léger est une ville riche. Pour preuve, la DGF est à zéro, l’endettement est maîtrisé, nous sommes très loin de l’état d’alerte », commente Christophe Vanhersecker.

Ensuite, il propose une solution pour financer ce projet partiellement. « D’ailleurs, je ne comprends pas pourquoi le maire ne veut pas renégocier des emprunts anciens avec des taux élevés. Une bonne renégociation avec un taux actuel de nos différents prêts pourrait générer 500 000 € d’économie sur la durée du prêt », explique l’élu.

Une fenêtre de tir jusqu’au 06 mars…

Enfin, l’élu regrette l’absence de concertation. « Il n’y a pas de discussion possible. D’ailleurs, contrairement à ce que dit le maire, il n’a pas réuni toute sa majorité pour en discuter. En off, certains élu.e. nous disent qu’ils n’en peuvent plus de cette gouvernance verticale. La colère gronde dans la population, mais pas seulement. Il nous reste une possibilité jusqu’au 06 mars pour préempter ce site. C’est notre mission de service public pour la population. Que voulons-nous pour notre ville (Trith-st-Léger) ? », conclut Christophe Vanhersecker.

A cet effet, une pétition est en circulation sur la commune de Trith-st-Léger (Pétition)

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires