1. Accueil
  2. Accueil
  3. (19ème) Yannick Andrzejczak : « On se trompe en ramenant une position politique à une question personnelle »
AccueilDenaisis

(19ème) Yannick Andrzejczak : « On se trompe en ramenant une position politique à une question personnelle »

Depuis dimanche soir, certains propos tenus à l’issue des résultats officiels sur la 19ème circonscription sèment la confusion dans le paysage politique de la ville-centre. Retour sur 24 heures de haute intensité politique à 5 jours du second tour de cette législative où David Audin et Yannick Andrzejczak crient haut et fort leur soutien au binôme de la NUPES, Patrick Soloch et Isabelle Choain.

David Audin : « En cas d’accès au second tour d’E.Cherrier, l’appel au report eut été immédiat face au RN »

4 élus communistes font partie intégrante de la majorité municipale de Denain, Yannick Andrzejczak, David Audin, Patrick Deruelle, et Roger Cyburski, grâce à l’initiative d’Anne-Lise Dufour de rassembler une large majorité pour soutenir sa candidature à l’élection municipale en mars 2020. Forte d’une élection dès le 1er tour, contre toute attente pour être objectif, l’édile de Denain a rassemblé autour de fondamentaux, comme une colonne vertébrale républicaine !

Certes, ce conseil municipal est très chamarré en terme de convictions politiques, mais certaines valeurs sont enracinées depuis des décennies au sein de cet Hôtel de Ville.« D’ailleurs, j’ai longuement discuté avec Emmanuel Cherrier suite au 1er tour de la Présidentielle. Lui comme moi, il n’y avait pas une minute d’hésitation pour un vote afin de faire barrage à Marine Le Pen. J’aurais souhaité la même attitude pour ce second tour de cette élection législative (face à Sébastien Chenu) ».

Pour sa part, David Audin confirme ces valeurs partagées avec les élus communistes du Conseil municipal de Denain: « En cas d’accès au second tour d’Emmanuel Cherrier, l’appel au report de toutes les voix (de la NUPES) eut été immédiat face au Rassemblement National. Certes, nous pouvons avoir des divergences, mais notre ennemi, ce n’est pas Ludovic Tonneau ou Youssouf Feddal (opposition municipale), c’est Sébastien Chenu. Nous sommes totalement transparents sur ce sujet ».

« Emmanuel Cherrier s’est trop précipité dimanche soir », Yannick Andrzejczak

Par voie de presse écrite et radio, Emmanuel Cherrier a argumenté sa volonté de ne pas afficher une consigne de vote pour ce second tour. A sa décharge, la majorité présidentielle fut également très confuse dimanche soir. « Il y a eu beaucoup de fébrilité chez les Macronistes durant 12 heures avant une prise de position claire d’Elizabeth Borne. C’est pourquoi, Amélie Carpentier (la suppléante d’Emmanuel Cherrier) a clarifié sa position à travers un communiqué (co-signé par LREM) », ajoute Yannick Andrzejczak.

Pour autant, sur les réseaux sociaux, le duo de la majorité présidentielle souhaite réduire leurs divergences sur ce sujet, voire souligner leur convergence, sauf que l’on a jamais deux fois l’occasion de faire une bonne 1ère impression.

Faisons un petit comparatif, le déluge de commentaires, plus que sévères, suite à l’hésitation de Jean-Luc Mélenchon à soutenir Emmanuel Macron au soir du 1er tour en 2017 l’a réduit à une traversée du désert durant deux ans environ. Cette fois, au soir du 1er tour en 2022, il a rectifié le tir avec une consigne de vote, répétée 4 fois, afin de faire barrage à la droite radicale. Oui, un leader demeure un phare politique, un guide sur des sujets où le franchissement de la ligne rouge est impensable. C’est le principe même de l’incarnation d’un mouvement politique. Dès lors que le dit mouvement, en l’occurrence le gouvernement de la Majorité Présidentielle, donne une ligne directrice, on le respecte sans ambiguïtés sauf à penser que le ticket Soloch/Choain ne défend pas les valeurs républicaines… !

C’est pourquoi, l’incrédulité fut de mise dans la soirée du 12 juin dernier. « J’étais très étonné de cette position au niveau local. Emmanuel Cherrier s’est trop précipité dimanche soir. On se trompe en ramenant une position politique à une question personnelle », poursuit-il. « L’intérêt collectif passe avant les situations personnelles », ajoute David Audin

« J’ai connu E.Cherrier plus serein », David Audin

Fort d’une collaboration au sein de ce Conseil municipal avec Emmanuel  Cherrier, malgré sa divergence de couleur politique, David Audin apprécie habituellement la construction de son raisonnement politique, sauf qu’en l’espèce « j’ai connu plus serein Emmanuel Cherrier, mais surtout plus pertinent dans son argumentation », commente David Audin balayant d’un revers de main le non choix affiché, hors vote personnel, depuis dimanche soir.

Concrètement, le porte parole du Rassemblement National, invité permanent sur les chaînes d’informations en continu et brillant pourfendeur de la politique portée par le Président de la République ne constituerait pas un danger suffisant pour un appel direct du candidat de la Majorité présidentielle à fait barrage au RN, étrange. Cette position est soutenue par Anne-Lise Dufour, maire de Denain, sur les réseaux sociaux, dont l’accueil du Président de la république au lendemain du 1er tour de la Présidentielle fut très remarquée, et avec une traduction concrète et assumée d’un soutien sans faille au binôme Cherrier/Carpentier, toujours surprenant. Depuis que la politique existe, oui les habitants ont besoin de messages des leaders qu’ils respectent. Cela n’infantilise en rien les administrés, mais cela pose sur la table des valeurs, une ligne rouge, voire un député que l’on fustige durant tout un mandat le qualifiant « d’inutile (le député sortant) », dixit Emmanuel Cherrier.

« Il faudra encore travailler ensemble », David Audin

L’adjoint au Conseil municipal de Denain s’inquiète aussi du coup d’après « car tout est réuni pour que la majorité municipale explose à Denain. Pour autant, il faudra continuer à travailler ensemble sur notre projet municipal… !  Bien sûr, on sent encore la guerre des territoires sur le Denaisis (Douchy Vs Denain), mais sommes-nous au dessus de toutes ces considérations dans la Majorité municipale ». La ligne rouge est-elle franchie, on le saura dans les semaines à venir.

Rappelons la logique des résultats du 12 juin dernier, comme pour la Présidentielle, trois blocs trustent les votes dans la 19ème circonscription. Certes, la Majorité Présidentielle finit 3ème, mais avec un score robuste de 17,55%, certainement gonflé par l’appui efficace d’Anne-Lise Dufour. La Majorité Présidentielle n’a pas à rougir une seconde de ce score d’où l’importance d’un appel, ou pas, à voter pour les candidats de la NUPES, c’est un autoroute pour Sébastien Chenu sans ce soutien officiel… En résumé, sur une terre de gauche (le Denaisis), visiblement à ce stade, les valeurs de la gauche sont à géométrie…personnelle !

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires