AccueilValenciennois

(21ème) Pierre Griner, candidat indépendant dans la 21ème circonscription

Cette dissolution imposée par le Président de la République dimanche soir, surprenant 99,9% des élus et initiés de la Politique pour être honnête, fait un chemin viral parmi toutes les formations du paysage politique français. A chaque heure, un psychodrame national, à chaque minute un événement pour une formation politique et derrière toute cela… 577 histoires personnelles vont construire l’architecture de cette élection législative inédite du 30 juin et 07 juillet 2024. Dans ce contexte, Pierre Griner s’engage dans cette législative anticipée à travers une candidature indépendante dans cette 21ème circonscription du Valenciennois. Le Valenciennois est à l’image de cette révolution électorale, chaque heure vous réserve une surprise… politique !

Pierre Griner : « Je ne serai jamais en paix avec ma conscience si je ne suis pas candidat pour cette législative »

Pierre Griner, maire de Quiévrechain où dès l’âge de 24 ans, il s’attaque à un baron de la gauche du territoire, feu Michel Lefebvre, une révolution locale indéniablement démontrant aussi une certaine appétence pour les combats improbables et très exposés politiquement. Ensuite, Pierre Griner s’est déjà exprimé a de nombreuses reprises sur la thématique de la sécurité. A ce titre, il a été désigné par le Président de Valenciennes Métropole comme « Monsieur sécurité » avec la mission de travailler sur le dossier d’une « Police intercommunale ». « On me dit clivant, mais alors pourquoi ai-je été reçu avec bienveillance dans les 35 mairies du Valenciennois ? Certes, tous les édiles n’avaient pas la même approche sur le sujet, mais comme le disait Laurent Depagne (maire d’Aulnoy-lez-Valenciennes), ce n’était pas un dossier, mais c’est devenu un sujet intercommunal », argumente Pierre Griner. 

Il continue sur cette lancée d’un dialogue de proximité nécessaire : « J’ai l’habitude de trouver des solutions locales en discutant avec les gens. J’écoute ceux qui connaissent le sujet sur la sécurité, l’environnement, les agriculteurs, le handicap dont je rappelle que je pilote la CIA (Commission Intercommunal d’Accessibilité) au niveau de Valenciennes Métropole. Il est important de ne pas travailler suite à une décision verticale, mais en collaborant avec des gens de bonne volonté locaux ».

Concernant le Rassemblement National et le Front Populaire, il tance chacune de ces deux formations : « Ce sont des partis extrémistes, ils n’ont aucune solutions, seulement des propos populistes et farfelus ».

« Pas une candidature de calcul », Pierre Griner

Pour autant, toute décision a une origine et le maire de Quiévrechain remonte le temps jusque dimanche soir, une éternité iconoclaste. Il y a trois jours, dans le contexte de cette dissolution anticipée où chaque minute est quasi assortie d’un fait politique. « J’étais dans la salle des fêtes lorsque j’ai écouté l’allocation du Président de la République. Compte tenu des (mauvais) résultats, je m’attendais à une grande leçon et puis, j’ai vu son visage fermé…, et il annonce la dissolution de l’Assemblée nationale, waouh ! A ce stade dimanche soir, je n’avais aucune ambition personnelle pour y aller à cette législative », entame Pierre Griner. 

Puis, chemin faisant, lundi se passe avec « de nombreux appels des forces vives de la politique du territoire. On me suggère de me présenter à cette élection législative dans la 21ème circonscription. Comme maire, je connais les délais techniques pour mettre en oeuvre une campagne, des affiches, profession de foi, une équipe déjà sur le terrain, etc. ! Pour autant, ce n’est une candidature de calcul, mais j’aime les combats politique difficiles. Il y a véritablement une urgence politique », ajoute-t-il. Il sait aussi que sa personne pourrait être une réponse électorale suite au choix d’Eric Ciotti contesté par les élus LR du territoire et les instances du département.

C’est pourquoi, le maire de Quiévrechain a décidé de présenter une candidature indépendante, donc pas de la Majorité Présidentielle. A titre personnel, après un dialogue dans sa sphère privée, il aboutit à une pensée socle : « Je ne serai jamais en paix avec ma conscience si je ne suis pas candidat (titulaire) pour cette législative ». Dans ce cadre, un 1er post intervient mardi soir, un article dans la Voix du Nord prend la suite pour expliquer les tenants et les aboutissants de son choix. Pour autant, Béatrice Descamps publie un post, mercredi matin, un autre fait politique, avec un message indiquant une dernière phase de réflexion avant sa prise de décision. Enfin, Béatrice Descamps organise une conférence de presse, ce jeudi 13 juin, afin d’indiquer qu’elle renonce à se présenter à cette nouvelle élection législative.

Pierre Griner, ses forces : L’atout jeunesse, 33 ans, un goût immodéré pour le combat politique, il va battre le pavé pendant 3 semaines sur toute la circonscription, ça va déménager. Identifier sur la sécurité, même avec une candidature du Rassemblement National (à ce stade) sur cette 21ème, il incarne une thématique qu’il maîtrise parfaitement.

Pierre Griner, ses faiblesses : Hors de Quiévrechain, il va subir un déficit de notoriété criant. Qui connaît Pierre Griner dans un micro-trottoir sur Valenciennes, Marly et Saint-Saulve par exemple ?

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires