15, 16, 17 février 2019, retenez ces dates, car elles marqueront l’univers de la natation française, mais pas seulement ! Durant 3 jours, un gala de natation artistique (ex synchronisée) se déroulera au sein du Centre aquatique de l’Amandinois.

Franck Baudoux : « Elles vont nager à guichets fermés »

Pour le 5ème anniversaire du Centre aquatique de l’Amandinois (14 février 2014), la SPL gestionnaire de cet équipement intercommunal s’est lancé un challenge peu commun. En effet, après une première expérience réussie fin 2015 avec la venue de l’équipe de France en préparation pour les J.O de Rio, un nouveau gala sera proposé au public mi-février. « C’était un défi de taille. Réunir des formations internationales hors compétition pour un gala, c’est extrêmement compliqué, c’était quasi mission impossible. Pourtant, nous avons réussi à faire venir 7 équipes internationales plus l’équipe de France sénior et junior à Saint-Amand-les-Eaux », commente Franck Baudoux, le directeur de la SPL.

Charlotte Tremble, nageuse de l’équipe de France âgée de 19 ans confirme : « C’est la première fois que je vais participer à un gala avec des équipes internationales. D’habitude, ces manifestations se font dans le cadre d’un club avec l’équipe de France invitée ».

A la genèse de cette initiative ambitieuse, une conversation impromptue entre le directeur de la SPL et Sylvie Neuville, DTN des équipes de France de natation, en charge de l’équipe de France artistique. « Elle a de suite été séduite par la thématique du « Vivre Ensemble » et qui plus est par l’opération « Nombril du Monde ». Même si les équipes vont répéter des éléments techniques, elles se produiront également sur des musiques plus fun. C’est un peu l’esprit d’Holiday on Ice », précise Franck Baudoux.

Attirer les formations étrangères

Comme pour toute manifestation, il est nécessaire de soigner son attractivité, ce qui va fédérer. « Il fallait trouver des angles d’attaque. Nous avons eu l’idée d’inviter des juges internationaux, un par formation, afin qu’ils se réunissent », indique Franck Baudoux. Bonne idée souligne Charlotte Tremble… : « Nous pourrons montrer des nouveaux éléments de notre chorégraphie aux juges, voire les retours etc. ».

Grâce à l’invitation d’un duo par formation sportive, un juge, et le staff, le Centre Aquatique de l’Amandinois va recevoir les Pays-bas, l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, l’Espagne, la Grande Bretagne, l’Italie et la France en équipe sénior et junior.

Autre pan de l’attractivité, la direction de la SPL a décidé de lancer un colloque avec toutes les entreprises réalisatrices de cet équipement sportif, doté d’un système de géothermie, et très performant sur son volet bioclimatique.

Une arène pour les nageuses

L’autre enjeu était de réussir à remplir une piscine durant 3 jours vendredi, samedi et dimanche pour un gala de natation artistique, ps gagné « Sur 1830 places à disposition, c’est complet pour vendredi, il reste 40 places pour samedi et 40 places pour dimanche (dépêchez-vous). La piscine va être entourée de gradins, les nageuses vont donc évoluer dans une arène. Franchement, je suis surpris d’un succès aussi rapide. Nous avons d’abord communiqué sur les 19 communes adhérentes à la SPL, puis à l’extérieur et dans le réseau de la Fédération », explique le directeur.

« A l’INSEP, tout le monde se comprend », Charlotte Tremble

Charlotte Tremblé en liaison Skype

En liaison via Skype, la nageuse de l’Equipe de France Charlotte Tremblé livre ses impressions, et raconte un peu le quotidien d’une sportive de haut niveau. « J’ai commencé la natation artistique à l’âge de 6 ans dans mon club de Senlis en Picardie, et je suis depuis 5 ans au sein de l’INSEP (Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance). Je m’entraîne 8 heures par jour du lundi au vendredi, et 7 heures/jour un week-end sur deux », commente-t-elle.

Cette discipline est très physique avec notamment des temps d’apnée importants. Face à ce travail de romain, l’environnement devient prépondérant. « Nous sommes avec les autres nageuses toujours ensemble. On est solidaire, l’entraînement, les compétitions, les voyages, des sorties…, on fait attention de fêter tous les anniversaires », souligne la championne.

Il ne faut pas se tromper, ce sacerdoce sportif constitue un engagement, un sacrifice pour une passion sans intérêt financier. « Les aides ou bourses régionales etc. servent à payer l’INSEP, elles ne retirent quasi aucun bénéficie financier (sauf médaille olympique) », précise Franck Baudoux.

Dans cette optique, la cohésion de groupe est fondamentale dans ce sport d’équipe. « Avant de rentrer à l’INSEP, certains ne comprenaient pas pourquoi je ne sortais pas. Ici, tout le monde se comprend. On sait pourquoi ! », ajoute-t-elle.

Bien sûr, une carrière sportive est éphémère, d’autant plus dans cette discipline « on cesse la natation artistique vers l’âge de 25 ans. C’est pourquoi, nous poursuivons toutes un cycle d’études, mois c’est une licence de physique-chimie, d’autres architecture, ciné etc. », conclut-elle.

Toute-petite, elle est venue à cette discipline après avoir assisté à un gala… gageons que ce show au sein du Centre aquatique de l’Amandinois va inspirer des futures championnes et champions.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 22 janvier 2019
Centre aquatique de l'Amandinois Charlotte Tremblé Franck Baudoux
Un gala de natation artistique inédit à Saint-Amand-les-Eaux
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email