Rémy Cooghe n’est pas du Hainaut, il est d’origine belge, mais Roubaisien dans l’âme, et pourtant ses peintures parlent aux Denaisiens. En effet, La Porte du Hainaut a rassemblé une trentaine de peintures de cet artiste au coeur du Musée de Denain magnifiquement restauré.

(Philippe Gayot au centre du visuel)

Philippe Gayot, conservateur : « Rémy Cogghe était un artiste peintre très prisé à son époque »

A la fois paysagiste, portraitiste, et surtout auteur de « scènes de genres, Rémy Cogghe (Mouscron,1854 – Roubaix,1935) était très prisé à son époque. Il avait sa clientèle. Aujourd’hui, il bénéficie d’une salle permanente à Roubaix avec le fameux « Combat de coqs ». Nous voulions rassembler des oeuvres de cet artiste, car Roubaix et Denain sont des villes soeur à travers leur passé industriel, textile pour l’une, minière et sidérurgique pour l’autre », explique Philippe Gayot.

Emmanuel Cherrier

Le Musée de Denain est toujours en cours de restauration « notamment la cour et les ailes. Aujourd’hui, la ville de Denain est très fière d’accueillir cette exposition visible jusqu’au 02 février 2020 », déclare Emmanuel Cherrier, adjoint à la culture.

Une oeuvre artistique franco-belge

Cette exposition fut possible grâce à une trentaine d’oeuvres en provenance de la Piscine à Roubaix, mais également de la ville de Tourcoing, et surtout de la commune de Wasquehal avec un dépôt conséquent de toiles de cet artiste. « La précédente majorité avait un projet de construction d’un Musée. Toutefois, même si ce dossier n’a pas abouti, la ville a continué d’acquérir des oeuvres de Rémy Cogghe et d’Eugène Leroy », explique une représentante de la commune de Wasquehal. « C’est une exposition hors les murs pour la ville de Wasquehal », poursuit Philippe Gayot, conservateur des Musées de la Porte du Hainaut (Saint-Amand-les-Eaux, Denain, et Escaudain).

Un visiteur discret et curieux était également présent pour découvrir cette scénographie avec des toiles d’une grande qualité dans le rendu du mouvement, sa capture remarquable de la lumière. En effet, le maire de Tourcoing, Jean-Marie Vuylsteker, était « très curieux de découvrir ces toiles de Rémy Cogghe dans ce Musée de Denain. J’ai rapidement donné mon accord pour le prêt d’oeuvres de cet artiste, mais plus encore nous avons eu des échanges d’une grande richesse avec le conservateur et son équipe ».

Plusieurs grands tableaux sont particulièrement captifs, les fameuses « scènes de genre » comme « la restitution » méritent le détour.  » Rémy Cogghe demeure un artiste coté. Certes, il fut très productif, mais dès qu’une de ses oeuvres arrive sur le marché, elle trouve un acquéreur très rapidement « . Dans son style très académique, il livre au regard une foule de détails dans une scène de la vie quotidienne, des scènes de genre sur le monde ouvrier qu’il regarde avec un oeil sans concession, son pinceau respire le vécu !

Un musée intercommunal

Tout comme son théâtre à l’italienne, le Musée de Denain est porté par la Porte du Hainaut. « Nous remercions la ville de Denain pour l’accueil de cette magnifique exposition dans son Musée rénové. Notre rôle est d’enrichir les collections municipales permanentes, et notamment une oeuvre sur la Bataille de Denain à découvrir bientôt. De même, nous organisons des expositions temporaires comme celle du jour « Les chemins de Rémy Cogghe », précise la présidente de la commission culturelle de la Porte du Hainaut. « D’ailleurs, vous pourrez venir durant les journées du patrimoine afin de découvrir la nouvelle oeuvre de la « Bataille de Denain », précise Emmanuel Cherrier.

D’ici le 02 février 2020, cette exposition est immanquable… !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 14 septembre 2019
Denain Musée de Denain Philippe Gayot Rémy Cogghe
Tous « les chemins » mènent à Rémy Cogghe
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email