Pour cette journée de fête de « Tous les Saints », le 01 novembre, et celle de la « Fête des Morts », le 02 novembre, retour sur l’histoire de l’église St-Géry à Valenciennes dont le chemin de vie atypique colle parfaitement au tempérament des Valenciennois, insubmersibles (visuel de l’année 95 de l’église Saint-Géry).

(Intérieur de l’église Saint-Géry vers les années 1 900, vous noterez des différences importantes avec le visuel de 1997 dans cet article (même angle de vue) comme un autel revisité, la disparition de la chaire, voire d’ornements…)

Depuis 786 ans, l’église Saint-Géry trace son chemin (parfois de croix) au sein de la ville de Valenciennes. En effet, l’église primitive fut consacrée en 1233. Elle subira de nombreuses modifications, un incendie ravageur, un bombardement destructeur, mais également une destination parfois surprenante. Quelle vie où tour à tour cet édifice fut une caserne, un hôpital, voire une prison, entre deux temps de prière tout de même puisque son origine est d’abord un lieu de culte.

Visuel intérieur Saint-Géry en 2017

Les Franciscains, le début d’un lien de culte… !

Tout à commencé avec l’avènement de Saint-François d’Assise (1182-1226). Sa longue conversion entre 1204/1208 à la religion catholique a marqué l’église au plus profond. Il choisit en 1208 d’« épouser Dame Pauvreté », se consacrant à la prédication et gagnant son pain par le travail manuel ou l’aumône. Il change son habit d’ermite pour une tunique simple. La corde remplace sa ceinture de cuir. Voilà sur les fonts baptismaux le précepte de la communauté des franciscains. Le célèbre film «  Au Nom de la Rose » montre avec justesse le gouffre entre cette communauté et les prélats de Rome… !

En 1208, une communauté de franciscains, appelés aussi Frères Mineurs ou Cordeliers, arrivent sur la commune de Valenciennes. La comtesse Jehanne de Flandre leur donne en 1220 le donjon du « Castrum », résidence des comtes du Hainaut abandonné depuis la décision de construire la « Salle-le-comte » (rue de Valenciennes aujourd’hui). Cette édification ne fut pas sans problème, car les Franciscains, soucieux de respecter la règle de pauvreté la refusèrent…, un autre temps ! Ils l’acceptèrent par la suite, mais avec la suppression des vitraux prévus et du clocher. L’édifice dédiée à la Sainte-Trinité est consacrée en 1233. 

Cette église est déjà imposante, de plan rectangulaire, une nef spacieuse avec des arcades brisées s’ouvrant sur les bas-cotés peu élevés et un choeur, de deux travées, surmonté d’un clocheton et flanqué de chapelles. Ces dernières ont toutes leur autel autour de douze piliers, comme les douze apôtres, point clé de cette construction.

Agrandissement en 1272

A cette date, on choisit l’extension de ce lieu de culte en construisant un choeur neuf de 26 mètres de long surélevé par rapport à la nef qui a absorbé le 1er chœur. C’est un nouveau sanctuaire d’une grande élévation avec des fenêtres hautes.

Cet agrandissement était dédié à la sépulture des Comtes du Hainaut, les archives sont précises sur le sujet même si tous ces tombes furent détruites durant la Révolution française. Des noms célèbres figuraient au sein de l’église Saint-Géry comme Jean d’Avesnes, comte de Hainaut, de Guillaume 1er du Hainaut, Guillaume II, Guillaume III, et Guillaume IV, ainsi que Marie de Berlaimont, de Baudoin d’Avesnes et de Marguerite de Bavière. Ce dédale de sépultures princières valut un temps à cette église du Nord, le surnom « Le Saint-Denis du Valenciennois ».

L’heure des Récollets au XVIIème, XVIIIème

Saint-Géry détruite durant la Seconde Guerre mondiale

Au début du XVIIème siècle les Cordeliers sont remplacés par les Récollets, branche Les frères mineurs récollets forment un ordre mendiant de droit pontifical, donc un ordre reconnu au sommet de l’église ce qui n’est pas toujours le cas des communautés (aujourd’hui encore), issu d’une réforme de l’ordre franciscain.

Dans la ligne du respect de la ligne de conduite vis à vis de la pauvreté, les Récollets refusaient de posséder quoique ce soit. Par voie de conséquence, un acte de donation des Archiducs locaux a attribué à la ville de Valenciennes, le couvent et des biens fonciers des Cordeliers, retenez bien cette donation, elle modifie le cours de l’histoire de cet édifice religieux. L’église et le couvent des Recollets sont occupés par les Frères Mineurs, le couvent résistera jusqu’à la Révolution de 1789.

La Révolution française supprima les Ordres religieux, ce couvent servira donc de caserne, d’hôpital militaire, de prison, mais également d’abri pour les sans toits après les bombardements de 1793 et 1794. Le bâtiment est fortement dégradé, une partie du chœur s’écroule en 1802, la démolition est décidée… mécaniquement par la ville de Valenciennes, le propriétaire.

1803, le retour du culte et l’avènement de l’église Saint-Géry

Le Concordat de Napoléon 1er, en 1801, rétablit le culte. Cette restauration du sacré sauve l’église de justesse. Des travaux conséquents sont entrepris afin de restaurer cette église emblématique de cette commune. Elle est dédiée à Saint-Géry, un évêque fondateur du Diocèse de Cambrai. Voilà pourquoi, aujourd’hui encore, les paroisses du Valenciennois dépendent du Diocèse de Cambrai.

Toutefois, dans son art consommé de maîtriser toutes les ficelles, Napoléon 1er avait rétabli le culte, mais il ne devait plus y avoir de religieux et religieuses. C’est pourquoi Saint-Géry devient l’église « officielle » de la ville. On y célèbre les événements heureux du pays, les services funèbres, le civil et le religieux sont complètement imbriqués dans un même lieu. Il ne faut pas chercher beaucoup plus loin ce mélange atypique de laïc et de l’église chaque année à l’occasion du tour Saint-Cordon. Pour rappel, le Concordat est toujours en vigueur en Alsace… !

Construction de la tour…

Visuel destruction de l’Eglise Saint-Géry durant la seconde Guerre Mondiale

Après la disparition du Beffroi de Valenciennes qui se dressait sur la Place d’Armes (aujourd’hui, un cône de métal symbolise cet emplacement), les décideurs choisissent de construire une Tour à l’église Saint-Géry en 1850.

Avant, l’église ne possédait qu’un clocheton au dessus du choeur. Démoli, il fut remplacé par la tour qui joue depuis le double rôle de clocher pour l’église et de facto de beffroi de la ville. Dans cette nouvelle configuration, de nombreuses peintures, voire panneaux sculptés, ornent les murs de Saint-Géry. Pour la plupart, elles sont visibles au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes.

Le début du XXème siècle est bien sûr marquée par la loi de 1905, celle de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Quand nous constatons aujourd’hui les polémiques incessantes sur le communautarisme, etc., on reste ébahi par l’ambition tranchée de cette loi qui plus d’un siècle plus tard guide les pas des gouvernants de toutes les obédiences politiques.

La Guerre de 14-18 ne fut pas problématique pour l’Eglise Saint-Géry. Par contre, celle de 39-45 fut désastreuse. En effet, des bombes frappèrent de plein fouet, une brèche importante détruit la porte latérale et une seconde démolit le mur Nord du choeur et une sacristie, l’église est inutilisable.

Laissée à l’abandon, l’église Saint-Géry subit un incendie en 1953 avec de nouveaux sérieux dégâts, puis un autre en 1958, tout semble perdu pour cet édifice consacré. La presse nationale et régionale de l’époque fustigent la lenteur administrative (pas une nouveauté du XXème).

Heureusement, un comité de sauvegarde entre en lice, ses injonctions face aux autorités aboutissent à la décision attendue par les paroissiens, la reconstruction de cette église malmenée. Toutefois, cette reconstruction se fera au détriment de l’Eglise Saint-Nicolas, jugée trop petite. La reconstruction commente en 1960.

Bénédiction de l’église Saint-Géry en 1965

Après cinq ans de travaux, le chantier s’achève en 1965. A l’époque, le coadjuteur (évêque nommé comme un évêque auxiliaire) de l’archevêque de Cambrai, Monseigneur H. Jenny a béni l’édifice le 09 mai 1965.

Au nom de la croix, on dilapide… l’argent public !

Cette histoire ébouriffante met en exergue le degré de résilience d’un bâtiment avec un destin singulier. On n’oublie pas son origine à travers la communauté des Franciscains vouée à la pauvreté. L’église Saint-Géry est de loin le coeur battant de l’église catholique à Valenciennes, alors que l’argent public est vaporisé par la municipalité dans la restauration de la Basilique Notre-Dame du Saint-Cordon depuis plus d’une décennie, édifiée avec une pierre qui ne résiste pas aux morsures du temps.

Dans un demi-siècle, il faudra remettre encore dix millions d’euros, somme largement dépassée à ce jour, pour sauver cette Basilique Notre-Dame du Saint-Cordon. Tout le monde le sait. Notre-Dame du Saint-Cordon pourrait s’abriter à l’église Saint-Géry de manière permanente et par là même respecter le postulat des Franciscains, chamboulés dans leur tombe à la vue des indicateurs sociaux et de l’argent public dépensé pour sauver quoi, même pas une seule âme ! Mais il faut plaire aux électeurs. D’ailleurs, l’architecte en chef de ce « confortement » programmait une messe pour Noël 2019… selon les voeux du maire de Valenciennes, Laurent Degallaix. L’incurie n’a pas de limite dans le temps, ni dans le choix des fonds publics dédiés à un édifice religieux (re)mort né au XXIème siècle, une honte absolue !

Le courage politique n’est pas uniquement dans le sens du vent des électeurs, vaste sujet !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 31 octobre 2019
Basilique Notre-Dame-du-Saint-Cordon Eglise Saint-Géry Valenciennes
L’église Saint-Géry à Valenciennes, histoire d’une vie tourmentée…
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email