Après le dramatique décès de Fabien Thiémé, la campagne électorale a repris ses droits à Marly dans la dernière ligne droite de cette municipale ô combien révélatrice d’un changement annoncé sur le Grand Hainaut. Dans cette optique, Jean-Noël Verfaillie a présenté sa liste et un programme charpenté composé de reprises de l’opus 2014/2016, mais également poinçonné de propositions ambitieuses.

Une nouvelle page politique à Marly

Quel que soit l’élu(e) aux manettes de cette commune de 12 000 habitants, dont l’histoire s’est écrite à travers un lien étroit avec la ville de Valenciennes, mais surtout fière de son identité avec son artiste, second Grand Prix de Rome, Alphonse Terroir, son passé industriel, sa vie sportive exaltée d’hier et d’aujourd’hui, sa vie politique tumultueuse, le 22 mars en soirée… une nouvelle page va s’ouvrir à Marly.

Dans cette campagne, le candidat Jean-Noël Verfaillie ne cache pas sa classification politique. « Cette liste sera enregistrée en Préfecture Divers Droite. Je ne suis plus carté politique depuis 4 ans, je ne recherche ni soutien, ni investiture d’un parti politique, j’ai décliné des soutiens de personnalités. D’ailleurs, ma couleur politique ne constitue pas mon programme politique ! », précise le candidat.

Sur le terrain, cet événement politique du 27 décembre 2019 modifie de la cave au grenier le contact avec la population. « Cela change le rapport avec les habitants. L’échange passe d’un vote contre Fabien Thiémé à un vote d’adhésion pour mon programme. Je dois convaincre à travers une campagne de projet. C’est nettement plus positif sur le terrain », déclare le candidat.

Un programme collégial

Pour l’élaboration de son projet pour Marly, Jean-Noël Verfaillie tient particulièrement à souligner : « Ce programme est le fruit d’un travail collégial au sein de commissions depuis plus d’un an. Tous les colistières et colistiers ont participé aux différentes réunions thématiques afin d’élaborer cette feuille de route, notamment Assia Costanzo (élue au Conseil municipal comme les 4 premiers de la liste) avec un présentiel à plus de 50 commissions ».

Le bâti en souffrance à Marly

Si le programme aborde toutes les thématiques comme il se doit, certaines priorités sont indiscutables pour le candidat. « Tout d’abord, les 9 écoles communales son en ruine. Il faudra rénover ou reconstruire via la création d’un Groupe scolaire. Les priorités seront les écoles Hurez-St-Nicolas, Marie-Curie, voire Louise Michel. Ensuite, il faudra revoir la réalité du projet Groupe scolaire sur la Briquette », entame Jean-Noël Verfaillie.

Ensuite, pour le candidat, un autre impératif s’impose. « Nous devons relancer les rénovations des trottoirs et voiries sur Marly, certains sont totalement inaccessibles aux Personnes à Mobilité Réduite, voire parents avec une poussette. A ce titre, le projet de Valenciennes Métropole serait de rénover intégralement l’Avenue de Verdun sur Valenciennes (très dégradée), et l’idée serait de prolonger ces travaux communautaires jusqu’au rond-point de Saultain. La partie la plus sensible est bien sûr du Carrefour de Romainville à la Place Gabriel Péri. Concernant les travaux communaux, nous lancerons un programme de rénovation sur le mandat », poursuit-il.

Dans la foulée de ce coup de pinceau communautaire, le candidat verrait l’opportunité de refaire la Place Gabriel Peri. Par contre, son projet est différent de celui de 2014. « Après des échanges avec les habitants, il apparaît que les Marlysiens aiment cet espace populaire pour les fêtes et animations. Nous voulons juste le rendre plus paysager, sans supprimer de places de parking, et modulables suivant les événements. Par contre, une Maison de Garde (offre de soins-projet 2014 sur la Place Gabriel Péri) sera réalisée sur un autre espace », précise Jean-Noël Verfaillie.

Ensuite, toujours sur l’existant, car Marly comme beaucoup de communes du Valenciennes est composée d’un bâti essoufflé, usé par le temps. « Il faut également revoir les salles de sports. Là également, nous mettrons en place un plan pluriannuel d’investissement », souligne Jean-Noël Verfaillie.

« Une baisse des impôts locaux chaque année », Jean-Noël Verfaillie

Ensuite, comme effet d’annonce, le candidat fait fort : « Nous baisserons les impôts locaux (le foncier bâti) chaque année, faiblement ou plus fortement suivant les années », précise-t-il.

Face au défi de la contraction budgétaire, de la baisse des dotations d’Etat, la question est comment cela se peut-il ? « Nous avons des marges d’économie sur le fonctionnement. Comme le souligne le Rapport de la Chambre régionale de la Cour des Comptes, nous avons l’équivalent de 66 personnes absentes durant l’année (arrêt maladie…). On peut faire des choses avec 66 salariés de nouveau au travail », commente Jean-Noël Verfaillie. Clairement, cette diatribe vise directement la tête de liste de la majorité sortante, Jérôme Leman, adjoint en charge des agents de la marie. « Il est responsable de ce résultat ! », poursuit-il.

Comment ? « Déjà en passant beaucoup moins par des prestataires extérieurs, vous prenez le service des espace verts. Il ne réalise pas les tontes, on passe par une entreprise extérieure. Ensuite, nous n’avons plus de serres à Marly. Toute nos fleurs sont donc achetées chez des pépiniéristes, le coût est énorme. Donc, les personnes affectées au service « espace vert » de la commune savent qu’ils vont ramasser des détritus toute la journée, jour après jour. Ce n’est pas très motivant. Nous voulons donc relancer des serres municipales et traiter en régie tout ce service. Si la ville est très fleurie, peut m’importe si nous ne remportons pas des récompenses « villes et villages fleuries » ! C’est tout de même plus motivant pour le personnel de venir travailler dans ces conditions ! », assène Jean-Noël Verfaillie.

« Une police intercommunale avec Saint-Saulve », Jean-Noël Verfaillie

Autre projet innovant totalement dans l’ère du temps, c’est la mutualisation des moyens de la sécurité des biens et des personnes. En effet, à l’image de la police plura-communale (2 agglos) sur Anzin, Beuvrages, et Raismes, la ville de Marly « pourrait lancer une police intercommunale avec Saint-Saulve. Nous avons 5 agents de terrain sur Marly, c’est trop peu. Il faudrait déjà modifier l’amplitude horaire. Ensuite, j’ai de bons rapports avec Yves Dusart (favori de l’élection à Saint-Saulve). Je pense que nous pouvons travailler ensemble sur ce sujet ! », explique le candidat.

« Aides des jeunes en FAC de médecine pour exercer après sur Marly », Jean-Noël Verfaillie

Comme tous les territoires de France, notre pays est exposée à une vague de départs à la retraite, les fameux baby boomers ! Saint-Amand-les-Eaux lance une initiative intéressante avec le soutien à l’installation de jeunes diplômés afin qu’ils viennent exercer sur la cité thermale, des subsides sont demandés au Ministère de la Santé.

Même objectif final, mais « beaucoup moins onéreux. Nous proposons de soutenir le diplôme de plusieurs étudiants à travers une subvention annuelle durant son cursus universitaire. En échange, ils devraient pendant 10 ans exercer sur Marly », explique Jean-Noël Verfaillie.

Offre de logements

Sur le volet logement social, le candidat est clair « nous avons assez de logements sociaux en comptant d’autant plus le futur ANRU 2 sur la Briquette. A ce titre, le bailleur social Partenord va perdre beaucoup de logements avec la destruction d’une grande partie de son parc », précise-t-il.

Le nouvel ANRU ne permet plus de reconstruire, 1 pour 1, sur le même foncier public. « C’est pourquoi, nous proposerons à Partenord une offre adaptée pour les personnes âgées, béguinage ou petit collectif afin de reconstituer leur parc de logements », précise le candidat.

L’écologie

Sur le volet écologique, une idée heureuse « avec la plantation d’un arbre à chaque naissance avec une petite plaque avec le nom de l’enfant », conclut Jean-Noël Verfaillie.

Voilà une petite partie du programme, retrouvez son intégralité sur www.marly-2020.fr

La liste in vivo…

Concernant la liste (en fin d’article), le chef de file met en lumière quelques figures « outre les 4 premiers, les fidèles… ; nous avons des nouveaux visages (non présentés au 1er point presse d’annonce de candidature) comme Olivier Burgnies, délégué syndical chez Ascoval. Suite à l’invitation de Fabien Thiémé pour une intervention avant le Conseil municipal, ce dernier m’a contacté pour s’engager en politique sur ma liste. Au niveau du commerce, nous avons Roman Legrain, gérant du point chaud « Le Grain d’Or «  , explique le candidat. Sans oublier, Aurore Fareneau, directrice d’école maternelle, très précieuse sur le volet transformation des équipements, mais également la fille de Patricia Fournier, Pâtisserie/boulangerie à Marly et référence territoriale au sein de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat.

Ensuite, Alice Donnet, la benjamine de la liste (25 ans), assistante sociale au CHV, mais également Laurent Jeannas, dont la fonction au sein du CNFPT peut s’avérer précieuse pour la montée en compétences des agents communaux, en passant par Hélène Martin passionnée de culture, fêtes et animations !

La liste « Une nouvelle énergie pour Marly » dans l’ordre :

Jean-Noël Verfaillie, Conseiller départemental du Nord et élu de l’opposition sortante, 36 ans, 4 enfants, fléché communautaire

Céline Plateel-Thuin, institutrice, déléguée syndicale CFTC, 46 ans, veuve, 3 enfants, fléchée communautaire

Patrick Lemaire, professeur en lycée professionnel, dirigeant de club sportif, 59 ans, marié, 3 enfants, fléché communautaire

Assia Costanzo, Enseignante, représentante des parents d’élèves du collège Terroir, 44 ans, mariée, 3 enfants

Olivier Burgnies, contremaître chez Ascoval, délégué syndical CFDT, 48 ans

Jeanne-Marie Binot, directrice de la SPA à Marly, 65 ans, 1 enfant, fléchée communautaire

Anthony Xerra, chef d’entreprise, Président de l’association Muay Thaï de Marly, 41 ans, marié, 2 enfants

Florence Anderlin, conseillère en formation, professionnelle au CFA BTP de Marly, 48 ans, mariée, 2 enfants,

Denis Degand, directeur commercial, 50 ans, marié, 1 enfant

Alice Donnet, assistante sociale,

Serge Moreau, Retraité de l’industrie, président honoraire du tribunal de commerce de Valenciennes, 76 ans, 3 enfants, fléché communautaire

Mathilde Barbieux, infirmière en gériatrie, représentante des parents d’élèves à l’école des aurez, 36 ans, mariée, 2 enfants, fléchée communautaire

Ludovic Mortagne, médiathécaire, 44 ans, marié, 2 enfants

Sabine Sacleux, chef d’entreprise, membre du club des jeunes dirigeants, 53 ans, mariée, 3 enfants

Laurent Jeannas, directeur général des Services Délégué syndical au CNFPT des Hauts-de-France, 51 ans, marié, 3 enfants, fléché communautaire

Hélène Martin, ingénieur d’études en charge des relations avec les entreprises à l’Université de Valenciennes, 46 ans, 4 enfants

Joël Boute, retraité de l’Armée de Terre, délégué départementale de l’Education nationale, président des anciens combattants de Marly, 71 ans, marié, 3 enfants

Aurore Fareneau, directrice d’école maternelle, 41 ans, mariée, 3 enfants

Romain Legrain, gérant du Seven et du point chaud « LeGrain d’Or » à Marly, 30 ans, 1 enfant

Estelle Boute, responsable administratif et financier, 45 ans, 2 enfants

Joël Quentin, aide soignant, technicien et laboratoire du sommeil, 59 ans, 4 enfants

Frédérique Viste, aide soignante, 53 ans, 1 enfant

Jean-Yves Nava, retraité, procureur adjoint honoraire, 72 ans, marié

Priscilla Dziembowski, chargée de clientèle chez un bailleur social, 38 ans, mariée, 2 enfants

Thomas Jorieux, fonctionnaire territorial, dirigeant de club sportif, 38 ans

Anne-Sophie Barthélémy, conseillère en économie sociale et familiale, 45 ans, mariée, 2 enfants

Jean-Claude Villain, retraité du bureau des méthodes industrielles, 74 ans, marié.

Annick Hourdiau, retraitée de la sidérurgie, métallurgie, 68 ans, 1 enfant

Bruno Leclercq, médecin spécialisé en angiologie et gériatrie, 52 ans, marié, 2 enfants

Maria Cordonnier, assistante maternelle, 55 ans, mariée, 3 enfants

Etienne Clément, cadre de société financière spécialisée, 51 ans, 2 enfants

Marie-Jeanne Manchon, retraitée en pharmacie, 72 ans, mariée, 3 enfants

Jean-Noël Dupont, directeur de l’agence immobilière à vocation sociale du Nord, 55 ans, 4 enfants

Isabelle Molitor-Floquet, retraitée de la fonction publique, présidente de l’équipe Saint-Vincent à Marly, 55 ans, mariée 3 enfants

Léa Gualano, ingénieur en informatique, 25 ans

Le nombre d’élus communautaires fléchés sur les bulletins de vote est de 5 élus + 2 suppléants.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 8 février 2020
Jean Noël Verfaillie Marly
Jean-Noël Verfaillie : « Une campagne d’adhésion à mon projet pour Marly »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email