Au sein du CHV, un public particulier fait l’objet de toutes les attentions. Il s’agit de celui de la maternité potentiellement confrontée à la prise en charge d’une femme enceinte et positive au Covid-19. Entretien avec Brigitte Guionnet, chef de service de la « Maternité Monaco ».

Brigitte Guionnet : « Nous avons eu un accouchement la semaine dernière d’une patiente positive au Covid-19 »

La 3ème maternité de la région des Hauts de France, en nombre d’accouchements, gère cette période épidémique avec le plus grand soin. « Nous maintenons uniquement les urgences, la surveillance des grossesses pathologiques, la consultation du 9ème mois, et les échographies pré-programmées où nous profitons de cet examen pour effectuer une consultation, un bilan. Nous réduisons au maximum les consultations au sein de la maternité, nous téléphonons en amont aux patientes pour s’entretenir sur leur état de santé ! », commente Brigitte Guionnet.

Donc, les seuls « visiteurs » sont des personnes convoquées pour une consultation. « Nous n’avons eu aucune annulation, car ce sont toutes des personnes en fin de grossesse. Leur inquiétude est d’abord pour leur accouchement, ses conditions, mais également si l’accompagnant(e) pourra être présent(e) », ajoute-t-elle.

Au niveau aménagement, la « Maternité Monaco » a prévu 6 lits pour des mères avec une pathologie Covid-19, mais également 8 lits Covid-19 pour la phase de suite de naissance.

« Nous avons une attitude de territoire », Brigitte Guionnet

Un autre sujet est devenu clé durant cette période de pandémie. En effet, la gestion de l’accompagnant (e) constitue pour toutes les maternités de France un véritable défi humain, tant la situation exceptionnelle de donner la vie attribue un statut hors norme au public accueilli ! « Nous avons eu une réunion (à distance) ce vendredi 27 mars avec l’ARS (Agence Régionale de Santé) et les autres maternités des Hauts-de-France afin d’établir un protocole commun dans la gestion des accompagnant(e)s. Il est nécessaire de suivre le même protocole », indique Brigitte Guionnet.

Dans cette optique, la « Maternité Monaco » s’est impliquée « dans une attitude de territoire. Nous collaborons avec la Maternité de Denain et celle de la Clinique du Parc. Nous adoptons le même protocole », souligne-t-elle.

Et voici la méthode choisie !

En premier lieu, à l’arrivée de toute patiente, elle subit un questionnement. « Nous vérifions son état de santé afin de l’envoyer dans la filière Covid-19 ou dans la filière non Covid », précise-t-elle. Ensuite, vous avez deux protocoles en vigueur.

Pour les femmes non Covid-19, le conjoint(e) ne peut assister à aucun rendez-vous pré-accouchement. « Par contre, l’accompagnant(e) peut assister à la séance de travail, mais toute personne dans la salle d’accouchement doit se soumettre d’abord à une prise de température (température maximum autorisée 38°). Ensuite, après l’accouchement, l’accompagnant(e) peut rester avec la mère en suite de naissance confiné(e) dans la chambre pendant 24H, mais pas plus afin de protéger le personnel soignant », commente Brigitte Guionnet

Pour les femmes positives au Covid-19, le protocole est évidement encore plus sévère. « L’accompagnant(e) pourra rester dans la phase de l’accouchement (dans les normes d’hygiène etc.), mais cette personne n’est pas autorisée à rester en suite de naissance », commente-t-elle.

Une maman positive Covid-19 a déjà été prise en charge à la « Maternité Monaco ». « Nous avons eu un accouchement la semaine dernière d’une patiente positive au Covid-19, la maman et le bébé vont très bien. Elle avait très peu de symptômes, voire presque asymptomatique. Nous n’avons pas encore assez de recul sur les femmes enceintes positives au Covid-19 », explique Brigitte Guionnet.

« Il existe une bonne collaboration Public/Privé », Brigitte Guionnet

Bien sûr, cette gestion d’une épidémie hors norme impose une collaboration régionale et territoriale. « Nous gérons les patientes positives avec la Métropole. Si la patiente positive est peu symptomatique, nous prenons en charge l’accouchement. Par contre, si la future mère présente déjà une oxygénodépendance, elle est transférée au CHR de Lille en réanimation », précise-t-elle.

Au niveau du Valenciennois, la collaboration est également très active. « Avec la Clinique du Parc, nous prenons en charge d’éventuelles patientes positives au Covid-19. En sens inverse, la Clinique du Parc prendra en charge nos patientes non Covid-19 si nous sommes débordés. Il existe une bonne collaboration Public/Privé sur le Valenciennois », poursuit Brigitte Guionnet.

D’ailleurs cette collaboration Public/Privé sur le Coronavirus se poursuit https://www.va-infos.fr/breve/le-chv-en-cooperation-avec-le-site-de-la-rougeville-a-saint-saulve/ avec l’établissement de la Rougeville sur Saint-Saulve.

En conclusion, la cheffe de service tient à souligner un changement dans le rapport patient/soignant. « La première question au téléphone avec une patiente est « comment allez-vous ? », elle s’inquiète pour nous ! », conclut-elle !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 31 mars 2020
Brigitte Guionnet Centre Hospitalier de Valenciennes CHV Maternité Monaco Valenciennes
La « Maternité Monaco » face au Covid-19
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email