Cette semaine de l’apprentissage 2020 a une résonance toute particulière cette année où la crise sanitaire et économique se conjuguent avec une harmonie dévastatrice au détriment de l’activité de proximité. Pour autant, Jean Castex, le Premier ministre, a mis sur la table un Plan de Relance ambitieux avec notamment près de 6 milliards d’euros pour l’emploi des jeunes. L’apprentissage est assurément une solution d’avenir et la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Hauts-de-France compte bien le faire savoir !

(Responsables du CMA en compagnie de l’entreprise Place des Energies avec deux apprentis)

« Un jeune, une solution » à découvrir !

Face à la vague des jeunes sur le marché du travail au mois de septembre 2020, le gouvernement avait tout intérêt à mettre le paquet sur une filière dont l’efficience sur le marché de l’emploi n’est plus à démontrer. « Neuf jeunes sur dix passant par l’apprentissage trouve un emploi à la sortie de leur contrat. De plus, ils gagnent bien leur vie ! », mentionne Laurent Rigaud, le président de la CMA du Nord et vice-président Hauts-de-France.

 « Aujourd’hui, l’Etat nous écoute, il n’y a plus de blocage ! », Laurent Rigaud

Pour bien comprendre la pesée de l’apprentissage voire du contrat Pro dans le Nord, au 31 décembre 2019, vous aviez 11 296 apprentis dans le département du Nord, soit une hausse de 11,60%. Sur le Valenciennois, il y avait 1699 apprentis à cette date, soit une hausse de 8,6%. Sachant qu’un jeune apprenti sur deux intègre une entreprise de moins de dix salariés, mais également qu’un sur deux a plus de dix huit ans, l’Etat a décidé à travers ce Plan de Relance de booster les aides aux entreprises signataires d’un contrat d’apprentissage ou contrat Pro. « L’aide est de 5 000 € pour un mineur pour la 1ère année d’embauche et de 8 000 € pour un majeur. La tranche d’âge est fixée entre 16 et 30 ans, mais par contre sans limite d’âge pour un Travailleur Handicapé », explique une responsable de la CMA Hauts-de-France.

Ces mesures sont venues de loin « aujourd’hui, l’Etat nous écoute, il n’y a plus de blocage ! Il n’y avait aucun sens à conditionner une aide avec un âge précis ». Assurément, beaucoup de points bloquants ont sauté avec la loi sur l’Apprentissage et la Formation du 05 septembre 2018 dont Alain Griset, aujourd’hui Ministre délégué aux PME, encore Président la CMA Hauts-de-France jusqu’au 28 septembre, n’est pas étranger. Bien sûr, le coup de pouce financier du Plan de Relance arrive en plus, et à point nommé… !

Dans cette optique, 15 partenaires participent à cette semaine où des centaines d’évènements ont pour mission de réaliser la meilleure promotion possible des métiers de l’Artisanat quel que soit le domaine, de la filière alimentaire au BTP, auto-moto, ferroviaire en passant par le service.

Toutes les antennes du Pôle Emploi sont évidemment sur le grill. « J’ai noté ce matin 600 offres de contrats d’apprentissage sur notre site web », indique un responsable de Pôle Emploi. En clair, 600 contrats avec une entreprise signataire derrière en quête de compétences…, ce chiffre est impressionnant !

« Nous donnons des responsabilités à nos apprentis », Olivier Tainmont

Créatrice d’un salon de coiffure sur Saint-Amand-les-Eaux

Quelques invités étaient présents au sein du magnifique CFA de Saint-Saulve, notamment l’entreprise Place des Energies. Basée sur Orsinval et Valenciennes (Rue du Quesnoy), l’entreprise Place des Energies, spécialisée dans l’offre d’énergie au meilleur coût possible, est une adepte de l’Apprentissage. « Nous avons cinq apprentis actuellement, et depuis 2013 quatorze sont passés par cette entreprise. Nous donnons des responsabilités à nos apprentis. Ils sont une valeur ajoutée  pour l’entreprise. C’est tout simplement un moyen de recruter ! », explique Olivier Tainmont, fondateur de Place des Energies, une entreprise ouverte à la franchise depuis peu.

Un autre témoignage était éloquent sur l’importance de l’effet booster de l’aide financière du Plan de Relance. « J’ai pu recruter une apprentie pour ma jeune entreprise de coiffure depuis 2019. J’ai d’abord eu un stage, puis consulter un conseiller de la CMA pour monter mon dossier », précise la cheffe d’entreprise.

Enfin, un bon exemple de reconversion, sous la houlette du Cap Emploi Grand Hainaut, avec David, 43 ans, travailleur handicapé, venu témoigner de son parcours pour devenir aide-soignant au sein du Centre Hospitalier de Valenciennes. A ce titre,  le Président du CMA HDF précise que les Travailleurs Handicapés ont leur place dans l’entreprise. « Regardez dans un atelier, vous ne voyez pas le handicap. Chez nous, l’insertion des Travailleurs Handicapés est réelle dans les entreprises », poursuit Laurent Rigaud.

« Nous recrutons nos futurs collaborateurs », Laurent Rigaud

Laurent Rigaud

Cette période de pandémie mondiale n’a rien arrangé à cette donnée lancinante, les entreprises de proximité ne trouvent pas la main d’oeuvre nécessaire. « Les Artisans, tout domaine confondu, cherche des compétences afin de transmettre un savoir faire. En fait, nous recrutons nos futurs collaborateurs », commente Laurent Rigaud. Durant cette manifestation de lancement de la « Semaine de l’Apprentissage », les 21 CFA des Hauts-de-France vont jouer sur site la carte de la promotion tous azimuts.

« L’apprentissage est une solution d’avenir », Michel Chpilevsky

Sur le plan national, les apprentis sont au nombre de 490 000 fin 2019 avec une hausse de 18% par rapport à 2018 dont 40 000 dans les Hauts-de-France. « C’est dire le succès de cette formation. C’est le reflet de l’action du gouvernement sur l’apprentissage. C’est une voie d’avenir ; un jeune, une vraie solution ! », martèle le Sous-Préfet de Valenciennes.

Dans ce cadre, la Chambre des Métiers des Hauts-de-France accompagne l’Artisan pour son dossier d’embauche d’un Apprenti « même s’il était plus simple et direct pour nous l’ancien partenariat avec la Région des Hauts-de-France. Aujourd’hui, c’est plus compliqué dans l’enregistrement des dossiers. Néanmoins, nous continuons à accompagner l’artisan même si techniquement il ne passe plus par nous directement. Pour autant, nous sommes confiants, nous allons y arriver ! », déclare avec détermination Laurent Rigaud.

« Je note que ce territoire est très dynamique et que cela ne se passe pas partout de la même façon », conclut Michel Chpilevsky. « C’est vrai, nous sommes exceptionnels ! », répond tout de go le Président de la CMA.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 14 septembre 2020
CFA Saint-Saulve Chambre des Métiers et de l'Artisanat Laurent Rigaud Philippe Guilbert
La relance par l’apprentissage
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email