1. Accueil
  2. Accueil
  3. Le Printemps du Handicap, pourquoi, comment, mode d’emploi… !
AccueilTerritoire

Le Printemps du Handicap, pourquoi, comment, mode d’emploi… !

Plus que jamais la personne en situation de handicap est à la recherche d’un emploi comme tant d’autres, mais pour autant les canaux pour y arriver demeurent méconnus, parfois obscurs pour les employeurs comme les travailleurs handicapés. C’est pourquoi, le Cap Emploi Grand Hainaut lance une campagne inédite d’informations sur son vaste territoire à travers le Printemps du Handicap du 21mars au 20 juin.

Marc Krzemianowski : « Il faut vulgariser le handicap dans le monde de l’entreprise »

Au détour d’une série d’événements concoctés par les équipes du Cap Emploi Grand Hainaut, l’idée démarre d’abord par un constat éclairant. « Il est flagrant qu’il y a une méconnaissance des dispositifs existants par les chefs d’entreprises. Je ne parle pas des grandes entreprises avec un service RH, un référent handicap, mais des PME où le dirigeant préfère parfois payer une pénalité à l’Agefiph par commodité, simplicité et manque d’informations précises », commente Marc Krzemianowski, le Président de l’association Handynaction, association gestionnaire du Cap Emploi Grand Hainaut.

Dans cette optique, l’objectif de ce Printemps du Handicap est de communiquer tous azimuts. « Nous (Cap Emploi) devons mieux nous faire connaître. Pour cela, il faut vulgariser le handicap dans le monde de l’entreprise et démystifier le sujet », ajoute Marc Krzemianowski.

Plus globalement, une prise de hauteur sur le besoin prégnant de recrutement : « Toutes les entreprises ont des difficultés pour recruter. Je ne sais cesse de le dire aux dirigeants d’entreprises, vous passez à coté de compétences chez ces personnes en situation de handicap », poursuit Marc Krzemianowski.

« 80% des handicaps sont non visibles », Alice Ferraï

Avant tout, il est impératif de gommer cette image d’Epinal où la population handicapée serait invariablement en fauteuil roulant. Non, cette idée reçue est balayée par les faits. « 80% des handicaps sont non visibles. En effet, vous avez seulement 3% de personnes en fauteuil roulant, et il existe aujourd’hui très peu de personnes handicapées de naissance. Le handicap intervient en cours de vie majoritairement avec pour certaines personnes un déni à le déclarer », explique Alice Ferraï, la Directrice adjointe du Cap Emploi Grand Hainaut.

Par contre, les personnes en situation de handicap, avec une déficience moteur ou intellectuelle, ne l’acceptent pas toujours. « Ils ne veulent pas le déclarer à leur employeur. De fait, nous devons accompagner ces personnes, mais également les chefs d’entreprise », ajoute-t-elle.

L’autre pan de ce blocage collectif est un évincement quasi naturel d’une recherche d’emploi de la personne en situation de handicap « évincez par nature, alors que vous avez des compétences concrètes,  mais aussi la fierté des personnes concernées en intégrant le monde du travail, tout comme l’obligation pour toutes les entreprises d’afficher une véritable démarche RSE (responsabilité sociétale des entreprises) », indique Alice Ferraï.

Le chômage et le handicap

Enfin sur cette analyse du sujet, il faut rappeler que par porosité avec les paragraphes précédents, une personne handicapée demeure deux fois plus longtemps en recherche d’emploi qu’une personne valide. « La moyenne d’âge est de 44 ans chez les demandeurs d’emplois en situation de handicap avec un niveau de qualification plus faible », précise Alice Ferraï.

Dans la logique d’un handicap en cours de vie « nous avons très peu jeunes de moins de 25 ans ! », ajoute la Directrice adjointe.

Heureusement, la reprise économique depuis septembre 2021 est réelle avec une amélioration des chiffres en la matière. On observe un recrutement fort dans l’apprentissage, notamment dans les collectivités locales et territoriales, voire dans l’alternance professionnelle, ce phénomène dans le monde du handicap s’inscrit dans la même dynamique que chez les valides.

Trois mois d’actions à suivre du 21 mars au 20 juin

A souligner que cette organisation déclinée via une soixante d’actions n’est possible qu’à travers un soutien extrêmement dense avec des partenaires dans l’emploi et l’insertion, des acteurs du médico social, des entreprises adaptées, et d’autres soutiens extérieurs, ils sont au nombre de 29.

Extraits choisis du Printemps du Handicap du 21 mars au 20 juin… avec des opérations de recrutement atypiques à travers des activités sportives, un yoga du rire, et des jobs dating où l’Artcoaching devenu une tendance très forte dans les démarches de recrutement. En effet, la confiance dans ses capacités et l’estime de soi constituent un socle fondamental pour (re)trouver un emploi, celle-ci se cultive comme une compétence. Rien n’est insurmontable !

Des ateliers singuliers sont distillés comme « Affaires conclues » avec une mise en ventes aux enchères des compétences, voire un coaching sur l’apparence vestimentaire dans un process de recrutement.

Ou encore une sensibilisation à l’embauche d’une personne en situation de handicap chez les entrepreneur.e.s, mais surtout comment réaliser cette embauche, un sujet central !

Enfin, la communication décalée est sur la table à l’instar d’opérations sur les marchés de plein vent afin de faire connaître le Cap Emploi Grand Hainaut et ses missions ou encore la récurrence des compétences disponibles « Durant cette période, nous diffuserons un mini CV chaque jour sur nos outils de communication (Réseaux sociaux et site internet) », conclut Alice Ferraï (envoi des candidature sur contact@cegh59.fr).

Tout le programme sur https://www.capemploigrandhainaut.fr/printemps-handicap.html et si vous souhaitez plus d’informations, contactez : a.ferrai@cegh59.fr

La communication, c’est la répétition… innovante !

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu