Pour la manifestation des voeux du candidat Didier Legrand aux municipales à Valenciennes, la foule était au rendez-vous au sein de l’ancienne enseigne « Nison » trop petite visiblement. Outre le discours du candidat, il était intéressant d’identifier de nombreux visages connus, officiellement soutien de Didier Legrand. Quelques informations sur la liste ont transpiré tout de même (visuel Didier Legrand et en fond Bernard Potaux, président du Comité de soutien de Didier Legrand).

Concernant la liste, pas de scoop, sauf que Marion Peretti sera « dans les 4 premières femmes de la liste (donc 2,4,6 ou 8), élue communautaire et adjointe (si élue) ». Néanmoins, Didier Legrand lâche un nom et pas des moindres… « le dernier sur ma liste sera Jean-François Dupas (ex chef du service des sports de Valenciennes) », le fameux Pousseur très remarqué sur toutes les listes aux municipales (lire bas de l’article, paragraphe « il faut réconcilier etc.)

Didier Legrand : « L’habitant et sa santé sont les bases de notre programme »

L’entame du propos de la tête de liste est très « verte », voire soutenable en terme de développement durable. « Valenciennes fait partie des villes les plus polluées de France. Nous voulons une ville propre, celle de l’ancien Ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo. L’habitant et sa santé sont les bases de notre programme », commence Didier Legrand.

« D’un coté, on fait de la répression à tout va contre les automobilistes, de l’autre nous n’avons pas d’alternatives réelles aux véhicules. Nous devons prolonger une ligne de tramway vers l’hôpital public, un jour Centre Hospitalier Régional, qui n’est pas desservi actuellement. D’ailleurs, un tramway dont la fréquentation diminue chaque année. Il faut une nouvelle politique de transport public avec des horaires plus larges pour les usagers. Ensuite, vous avez par exemple un parking tout neuf de 530 places au Passage de l’Arsenal, dont une majorité de places pour le grand public, il n’y a aucune borne de recharge rapide pour les véhicules électriques », poursuit-il sur cette ligne politique. En même temps, il souhaite « une réduction du coût de stationnement ».

Enfin, comme tous les candidats en lice, le besoin « d’une alimentation en circuit-court pour les cantines municipales » fait partie intégrante du programme de Didier Legrand, un consensus transpolitique visiblement !

Bien sûr, il va de soi que l’intégration de nouvelles pistes cyclables est un minimum en 2020, mais également « des passages piétons matérialisés, trop d’accidents répétitifs ».

« La nouvelle piscine devrait être un équipement intercommunal », Didier Legrand

Ensuite, le sujet du Centre aquatique, inauguré le 06 février prochain, revient sur la table. Si l’équipement s’annonce d’une grande qualité, son choix de gestion questionne le candidat. « La nouvelle piscine devrait être un équipement intercommunal. Non, elle est municipale. Le coût de fonctionnement sera de 1,4 millions d’euros dès le départ et pourrait monter à 2 millions d’euros. C’est un équipement d’agglo. Ensuite, c’est une chaudière gaz. On n’a pas essayé une pompe à chaleur (comme au Centre aquatique de Saint-Amand-les-Eaux), il n’y a pas de panneaux solaires. Pourtant, à Valenciennes, on sait faire comme l’Hôtel de Ville de Valenciennes chauffé par les eaux usées, un dispositif mise en place par Bernard Brouillet en 2009/2010 », commente Didier Legrand.

Une riveraine de la rue Baudoin l’Edifleur rapporte le bruit infernal du chauffage gaz de la piscine « à certaines périodes de l’année, ce sera insoutenable par les riverains ».

« Nous reverrons cet équipement avec d’autres options », conclut sur cet item le candidat. Techniquement, on peut après le lancement initial d’un équipement d’une telle ampleur modifier le type de chauffage, de captage de l’eau, etc. avec des gains conséquents en terme d’énergie consommée, de coût financier direct etc.

Enfin, pour rester cohérent (non évoqué par le candidat), mais fallait-il plutôt un projet de Golf intercommunal pour quelques uns ou une piscine pour tous communautaire ? Devinez la réponse… !

La signature urbaine

Sur le volet bâtimentaire, Didier Legrand note « qu’il n’y a aucun bâtiment neutre, voire à énergie positive (comme à Aulnoy-lez-Valenciennes), aucun mur végétalisé etc. Il faut revoir notre politique sur le sujet ». De manière factuel, ce n’est pas un scoop, le bâti est responsable de 30 à 40% des émissions de CO2. Donc, agir sur l’urbain, c’est agir pour la planète et la santé de tous les Valenciennois.

Bien sûr, les logements dans les quartiers de Valenciennes  où« on voit beaucoup de logements insalubres », commente-t-il.

Enfin, sur un bâtiment qui laisse à désirer, le fameux nouveau Commissariat central de Valenciennes dont les premiers discours de reconstruction datent de 2011… « Les conditions de travail des agents de police sont déplorables. Le maire sortant annoncera dans son programme la construction d’un nouveau commissariat central. Nous, on proposera de construire un nouvel équipement par l’agglomération pour la Police Nationale, remboursé à travers un loyer », précise le candidat. C’est exactement l’opération réalisée sur la commune d’Onnaing (rue Jean Jaurès) avec un local réhabilité par SIGH et loué par la Police Nationale.

Le développement économique

Didier Legrand met en exergue le CHV. « C’est un atout fort avec lequel nous devons travailler. Ensuite, nous avons la Chambre consulaire un peu trop seule pour suivre les dossiers. Par exemple, quand le dossier Tesla est venu sur la table l’année dernière. Seul Bruno Fontaine était moteur sur ce dossier. Le président de Valenciennes Métropole n’était pas motivé sur ce projet (avec des milliers d’emplois à la clé) », précise Didier Legrand.

D’ailleurs, sur ce projet particulier, il est remonté jusqu’au sommet de l’Etat, validé par celui-ci, mais visiblement pas suivi au niveau local.

Hommage…

Durant son propos, il cite Marie-Pierre Dion, ancienne conservatrice de la Médiathèque de Valenciennes « qui a reçu la légion d’honneur. Elle a participé aux deux premières rénovations sans pouvoir achever la troisième. Je la salue », lance Didier Legrand.

https://www.va-infos.fr/2017/05/22/marie-pierre-dion-nest-plus-conservatrice-de-mediatheque-de-valenciennes/

https://www.va-infos.fr/2017/05/26/soutien-national-marie-pierre-dion/

https://www.va-infos.fr/breve/reactions-associations-patrimoine-suite-a-leviction-de-marie-pierre-dion/

https://www.va-infos.fr/breve/reaction-de-nathalie-lorette-marie-pierre-dion/

https://www.va-infos.fr/breve/presse-nationale-parle-de-marie-pierre-dion/

https://www.va-infos.fr/breve/reaction-de-christine-laurentmarie-pierre-dion/

« Il faut réconcilier les élus et les agents de la commune », Didier Legrand

Dire que les murs de l’Hôtel de Ville de Valenciennes transpirent la quiétude et la convivialité est un beau conte pour enfants. « Il faut réconcilier les élus et les agents de la commune. L’ambiance est détestable au sein de la ville de Valenciennes, mais également à Valenciennes Métropole », souligne Didier Legrand.

Bien sûr, ce ne sont que des mots méritant une contradiction du maire sortant. Alors, prenons un exemple… neutre. Jean-François Dupas, 58 ans, chef du service des sports de Valenciennes émérite avec une mise en orbite nationale de la célèbre course « Les foulées Valenciennoises » entre autres, car sa carrière ne se résume pas uniquement sur cette manifestation. Ce dernier a eu la grande surprise en septembre 2019 de se voir transférer à l’Odyssée (espace culturel quartier Chasse Royale). Cette mutation inexplicable a fait un effet blast dans le tissu associatif du Valenciennois. Comme il était et demeure compétent. Jean-François Dupas n’est resté que quelques heures au sein de l’Odyssée avant d’être recruté par Pierre-Michel Bernard, maire d’Anzin, 1er vice-président de Valenciennes Métropole, avec une fonction de Chef de service beaucoup plus large que sur la ville-centre. Tout est dit… !

« Ne pas rater la fusion des agglos », Didier Legrand

Sur ce sujet, le discours est très en phase avec la loi NOTRe. « Il ne faut pas rater la fusion des agglos, celle de la Porte du Hainaut avec Valenciennes Métropole, mais également celle du Quercitain, de l’Avesnois, voire du Cambrésis. Tout ne doit pas se passer dans le Bureau du Président de l’agglo. Il n’y a aucun intérêt à venir en commission, il ne se passe rien. Il faut relancer ces dernières avec des débats », explique Didier Legrand.

« Retrouver l’esprit de 89 », Didier Legrand

Enfin, on peut souligner la présence de nombreuses personnalités de l’équipe de Jean-Louis Borloo de 1989. Aucun ne sera présent sur la liste de Didier Legrand, mais étaient présents, Christian Perreti, Bernard Brouilet, Bernard Potaux et « bien d’autres », ajoute Bernard Potaux. Ce dernier, élu de 1989 à 2014, ex adjoint aux travaux pendant la période des « Grands Travaux » a vécu un grand moment urbain comme chacun sait. « Je ne veux pas qu’en un mandat voir détruire tout le travail de 26 ans. C’est pourquoi, je suis le Président du Comité de soutien de Didier Legrand », assène-t-il.

« Tous les Borlooistes de 1989 me soutiennent, il faut retrouver cet esprit de 89 », déclare Didier Legrand. Reste à connaître le soutien du Député européen, Dominique Riquet, de la vice-présidente au Sénat, Valérie Létard, et bien sûr de Jean-Louis Borloo « qui n’a pas le choix de soutenir Laurent Degallaix, il ne peut pas dire qu’il s’est trompé », conclut Bernard Potaux.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 30 janvier 2020
Didier Legrand Valenciennes
Didier Legrand fédère des Borlooistes à Valenciennes
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email